R1S1P5 et P6

Sens comme le jeune encéphale suicidaire

… – J’ai si envie de partir
Et ce besoin de rester.
Un départ sans sourire,
Il vaut mieux s’attarder. – …

Je reste attaché ici
Espérant me comprendre,
Espérant subsister moi et devenir normal.
Je me jette dans le gouffre encéphale.

Au portillon des idées, les pensé se bousculent
Sortant d’on ne sait où, sortant de mon inconscient.
Que suis-je dans ce brouhaha encéphale ?

La conjecture me perd, et la convention me paralyse.
Que dois-je faire ?
Peut-être rester ici.

Zéon

Au maître, je dédis ces quelques pensés

Je respire par erreur.
Le souffle profond, mes poumons explosent.
Je suis puni pour avoir été différent.
Je sens votre poison s’engouffré en moi,
Comme une nouvelle vie qui m’appelle.

Désolé maître, mes illusions sont perdues.
Ma vie se sent vivre et je fuis la mort.
Désolé maître, pour tout le mal que je suis fait.
Mon esprit maintenant congelé,
Gis tranquillement dans ce corps martyrisé

Je ne suis pas mort comme vous ;
Je suis trop insolent.
J’aurai voulu vivre à ma manière ;
Je suis trop différent.

Il pleure comme un crocodile.
Il a reprit le dessus,
Il reste en dessous de tout ;
Et moi en dessas de la mort.

Priez pour moi pauvres prêcheurs

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s